Descriptifs des Actions > Action A01

 

Action A01 : Une formation et un accompagnement pour mieux préparer les enseignants aux défis liés aux apprentissages fondamentaux

Description de l’action et nature des principaux résultats attendus

 

Cette action vise à transformer l’offre de formation dans une approche curriculaire, en cohérence avec l’approche par les compétences déjà généralisée au sein de l’ÉSPÉ en englobant à la fois les compétences visées par le programme, les méthodes d’enseignement et la manière d’évaluer. L’approche curriculaire permettra d’améliorer la cohérence de la formation en visant un triple niveau de maitrise : des savoirs disciplinaires, de l’enseignement de ces savoirs et du rôle d’enseignant dans le système éducatif. Elle permettra également de renforcer le continuum entre formation initiale, formation continuée en début de carrière et formation continue en assurant également une meilleure répartition des constituants de cette formation sur l’ensemble du cursus, et ce dès l’entrée en licence (3 ans de licence, 2 ans de master et 2 ans d’accompagnement à l’entrée dans le métier).

Les principaux résultats attendus de cette action sont :

    • Une meilleure connaissance des étudiants sur la réalité du métier qu’ils choisissent et du parcours à suivre pour y parvenir, grâce à une formation initiale plus cohérente, un accompagnement renforcé et des modules de « découverte » du métier,
    • Une plus forte professionnalisation des futurs et néo-enseignants afin de les préparer aux défis qu’ils rencontrent, notamment lors des premières années de carrière, grâce à un accompagnement renforcé et une alternance université-terrain.
    • Une appropriation plus large par les enseignants des ressources et méthodes éprouvées permettant d’améliorer les performances des élèves dans les apprentissages fondamentaux.

La construction d’une nouvelle offre permet d’enrichir les modules de formation centrés sur l’enseignement des apprentissages fondamentaux. Elle bénéficie d’un adossement renforcé à la recherche (en lien avec les équipes de recherche) pour favoriser la compréhension de l’impact des pratiques sur les apprentissages. Elle bénéficie également d’un adossement au terrain (au sein des établissements-formateurs des réseaux académiques) pour accompagner la construction de pratiques innovantes et efficaces.

 

 

Renforcer la professionnalisation et l’accompagnement de la Licence à la formation continuée

En Licence

Des modules d’ouverture au métier d’enseignant seront offerts aux étudiants souhaitant s’orienter vers l’enseignement dès leur entrée en L1 pour les aider à faire leur choix et à mieux connaître la réalité du métier. Ces modules seront proposés dans le cadre de la nouvelle architecture des formations de Licence issue du NCU DREAM-U[1]. Élaborés par l’ESPE, ils s’appuieront sur le portfolio numérique de compétences mis en place avec le NCU DREAM-U, permettant à chaque étudiant de choisir ses modules en fonction de l’acquisition progressive des compétences visées dans son parcours. Chaque module variera de 36 à 48 heures par an avec une part de stage dans un établissement-formateur d’un des réseaux académiques pour un volume horaire allant de 18 à 24 heures. Les stages s’organisent dans une progression depuis la découverte de l’École, en passant par l’observation d’enseignants en exercice jusqu’à la mise en œuvre de pratique accompagnée, voire jusqu’à la réalisation d’activité en responsabilité.

En master (ESPE)

AMPIRIC met en œuvre un ensemble de dispositifs pour soutenir les futurs enseignants dans la construction de leur identité professionnelle, leur connaissance de la réalité du métier qu’ils choisissent et le développement de leurs compétences, afin de les préparer aux défis liés à l’enseignement des apprentissages fondamentaux. AMPIRIC vise également à renforcer la dimension internationale du cursus à l’ESPE afin d’améliorer la connaissance des systèmes et méthodes étrangers d’enseignement.

 

 

    • Afin de renforcer la cohérence entre formation et terrain plutôt que de juxtaposer des périodes de stages et de formation, sera mise en place unealternance entre l’université et les établissements-formateurs des réseaux académiques (1 jour / semaine en M1 ; 2,5 jours / semaine en M2). Le rôle des établissements-formateurs est d’offrir un accueil personnalisé et des espaces de formation pratique aux étudiants en lien avec les équipes pédagogiques. Les étudiants en alternance dans un établissement formateur seront accueillis et suivis par un enseignant-référent, membre de l’équipe pédagogique.
    • La mobilité étudiante sortante sera renforcée afin qu’à terme un étudiant sur deux ait séjourné à l’étranger dans l’équivalent de l’ÉSPÉ. Une co-diplomation des masters MEEF avec les partenaires internationaux sera mise en place (e.g., au sein du programme mis en place en partenariat avec l’université du Wisconsin à Madison ou avec les universités partenaires du programme CIVIS). On peut espérer inscrire une trentaine d’étudiants à T3 et une soixantaine à T6 dans ces masters.

Pour mettre en œuvre cette nouvelle organisation de la formation, AMPIRIC met en place un accompagnement personnalisé des étudiants de la L1 (en lien avec le NCU DREAM-U) au M2 et des néo-enseignants pendant leurs 2 premières années de carrière (formation continuée). Chaque étudiant bénéficie d’un accompagnement individuel avec un enseignant-référent (au moins 2 rendez-vous par semestre). Celui-ci conseille l’étudiant dans la construction de son parcours de formation en cohérence avec son « contrat de réussite » fixant les objectifs de départ et révisé tous les ans. Par ailleurs, chaque étudiant ou néo-enseignant est accompagné par un parrain ou marraine (aîné de son filleul d’un an minimum), dont l’objectif est de dispenser un soutien moral et méthodologique. Les parrains verront leur engagement reconnu et leurs compétences transversales valorisées (via l’octroi de crédits pour les parrains étudiants). 

 

 

Former à une méthodologie de « réponse à l’intervention » en formation continue

Cette activité vise à mettre en place, dans le cadre de la formation continue des enseignants, une formation à la méthodologie « réponse à l’intervention » (RAI). Le modèle RAI met l’accent sur l’identification précoce des élèves à risque ou en difficulté comportementale en s’appuyant sur l’ensemble des données disponibles, et des interventions adaptées pour ceux ayant des besoins particuliers[2]. Cette approche s’appuie sur les évaluations nationales (en CP, CE1, 6e et 2nde) pour proposer des modules de formation susceptibles d’améliorer les résultats, en l’occurrence les performances des élèves les plus en difficulté dans leurs apprentissages des savoirs fondamentaux. Elle permet d’objectiver les actions conduites et d’en apprécier l’impact. L’expérimentation de la méthodologie « réponse à l’intervention » s’appuie sur :

    • Des modules de formation continue « RAI », d’une durée de 12 à 18 heures, conçus et élaborés en interaction entre les équipes pédagogiques, les équipes de recherche et les formateurs au niveau de chaque réseau académique qui constituent une réponse spécifique à la situation telle qu’elle peut résulter de l’interaction. L’objectivation de la situation au travers des évaluations nationales permet de positionner chaque module dans la stratégie de l’équipe pédagogique et, plus globalement, dans celle du réseau académique.
    • La généralisation de la méthodologie « réponse à l’intervention » sera accompagnée par la mise en place d’un dispositif d’évaluation pour apprécier l’impact sur les performances des élèves en suivant leurs résultats dans les évaluations nationales (cf. 4.2).

Les référents Recherche et Formation (cf. 3.2) interviennent dans les stratégies d’accueil des établissements-formateur et dans l’élaboration des modules de formation, notamment ceux qui concerne la formation à une méthodologie de « réponse à l’intervention ».

 

 

Niveau de contribution à la réalisation de l’ambition du projet

Cette action est un levier primordial de la réussite du projet : elle touche aux parcours des enseignants, en le professionnalisant davantage et en l’adossant à la recherche, et elle donne ainsi corps à l’articulation recherche / formation / terrain qui est au cœur de l’ambition du Pôle. En agissant sur l’organisation de la formation initiale, continuée et continue, cette action contribue à faire évoluer les pratiques enseignantes afin d’améliorer les performances des élèves dans les savoirs fondamentaux, notamment ceux qui sont le plus en difficulté. Elle sera mise en œuvre dès la première année afin de toucher un large public d’étudiants et d’enseignants.

 

 

Calendrier prévisionnel

La transformation de l’offre de formation est menée au cours de la première année du projet en s’appuyant sur les progrès déjà accomplis notamment dans la mise en place de l’APC. L’ensemble de la formation (licence, master, entrée dans le métier) des futurs enseignants sera construit selon l’approche curriculaire dès la rentrée 2020. Les modules de découverte du métier d’enseignant pour les étudiants de Licence cibleront jusqu’à 800 étudiants par semestre à t3 et 1600 étudiants à t9. L’alternance en Master sera déployée progressivement à partir de 2020 jusqu’à concerner l’ensemble des étudiants de Master (2300 étudiants).

L’accompagnement personnalisé en licence, déjà mis en œuvre dans le cadre des NCU DREAM-U et Capacité, sera offert aux 1 000 étudiants de L1 suivis dans le cadre de l’expérimentation dès la rentrée 2020. Cet accompagnement sera ensuite étendu, entre T3 et T6, en fonction des résultats obtenus à une population plus large d’étudiants de licence et aux étudiants de Nice et Toulon (2000 étudiants de L1 / an).

L’accompagnement des étudiants de master sera mis en œuvre dans un premier temps (T1 à T3) pour tous les étudiants qui relèvent de l’espace géographique des 8 réseaux académiques (environ 800 étudiants de M1 et 550 étudiants de M2) pour être ensuite généralisé de T3 à T6 à tous les étudiants des ÉSPÉ d’Aix-Marseille et de Nice (1500 étudiants visés en T3 et 2300 à T6).

L’accompagnement des néo-enseignants à l’entrée dans le métier se déploiera progressivement jusqu’à toucher 900 néo-enseignants à T3 et 1200 néo-enseignants à T6.

Les modules de formation continue à la méthodologie « RAI » seront mis en place dès la rentrée 2020, puis généralisés progressivement pour devenir un module essentiel dans le Plan de formation continue du Rectorat. Le déploiement sur la période T1 à T3 privilégie un focus sur les équipes qui sont le plus en tension en regard des processus d’enseignement-apprentissage des savoirs fondamentaux pour les élèves les plus en difficulté. D’une cible de 400 enseignants à T1, nous visons un effectif de 1 250 enseignants formés à T3, couvrant l’ensemble des 8 réseaux pour ensuite généraliser cette offre de formation à T9 à l’ensemble de l’académie régionale (2500 étudiants).

 

 

Acteurs mobilisés et niveau d’expertise

    • AMU
    • ÉSPÉ Aix-Marseille (co-pilotage) – Niveau élevé d’expertise en formations enseignantes et expérience de la pratique enseignante,
    • UFR ALLSH - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue des enseignants)
    • UFR Sciences et technologie - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue)
    • UFR STAPS - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue)
    • AU
    • UFR-ip Arts, Lettres et Langues - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue)
    • UFR-ip Sciences, Technologies, Santé - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue)
    • UFR-ip Sciences Humaines et Sociales - Niveau élevé d’expertise en formation (L, M, et formation continue)
    • UNS
    • ÉSPÉ de Nice et UFR concernés - Niveau élevé d’expertise en formations des étudiants en licence et master et en formations enseignantes
    • Académie d’Aix-Marseille et Éducation nationale
    • DAFIP (co-pilotage) – Niveau élevé d’expertise sur l’organisation de l’éducation et la formation des enseignants sur le territoire
    • DAREIC - Niveau élevé d’expertise sur l’organisation des mobilités internationales
    • Réseaux académiques – Niveau sectoriel d’expertise sur l’organisation de l’éducation sur un réseau et sur l’accompagnement
    • Corps d’inspection 1er et 2nd degrés – Niveau sectoriel d’expertise sur l’organisation de l’éducation sur un réseau et sur l’accompagnement

 

Moyens financiers nécessaires à la réalisation de l’action A01

Budget de l’action : 23 242 924 € pour 10 ans

dont financement PIA :  1 100 800 € soit 4,7% du budget

 

 

Risques de mise en œuvre

    • Manque d’implication des personnels dans les projets des établissements formateurs, au sein des réseaux académiques, surtout dans les phases de généralisation de l’expérimentation ;
    • Faible mise en relation de l’ensemble des équipes pédagogiques avec des équipes de recherche, notamment les plus éloignées géographiquement ;

La mise en œuvre de dispositifs incitatifs (comme les primes versées par l’académie aux enseignants qui accompagnent des étudiants ou des fonctionnaires-stagiaires), la valorisation de l’exemplarité, le recours à la FOAD et aux outils numériques et le développement de la formation de formateurs visent à pallier ces risques.

Principaux indicateurs de suivi et d’évaluation

L’évaluation de cette action repose sur un suivi longitudinal de cohortes d’étudiants et d’enseignants pour apprécier l’évolution des motivations et des pratiques. Les principaux indicateurs retenus sont :

    • Évolution du taux d’étudiants se destinant aux MEEF dans leur cursus de formation initiale,
    • Étude des gestes professionnels des étudiants et enseignants ayant participé aux dispositifs de formation par rapport à ceux qui n’en ont pas bénéficié,
    • Intégration de l’usage des TICE dans les pratiques enseignantes,
    • Prise en compte des résultats de la recherche dans les pratiques enseignantes comme e.g. la méthodologie « réponse à l’intervention »,
    •  Augmentation des performances des élèves aux évaluations nationales (en CP, CE1, 6e et 2nde). On compare la performance des élèves issus des réseaux académiques ayant participé à l’expérimentation avec ceux des réseaux académiques contrôles.

 

 



[1] Les « enseignements intégratifs » (20% des ECTS de Licence) offrent à l’étudiant la possibilité d’approfondir son année de formation dans une direction qu’il choisit en fonction de son projet. L’étudiant peut e.g. intégrer une démarche de sensibilisation à des métiers.

[2] Source : site du Soutien au Comportement Positif (SCP) au Canada

 

e
Personnes connectées : 1 Flux RSS